Les animaux, plantes, fruits et légumes rapportés d’un voyage peuvent comporter des risques pour la santé.

Les animaux, plantes, fruits et légumes rapportés d’un voyage peuvent nuire à l’agriculture.

Les animaux, plantes, fruits et légumes rapportés d’un voyage peuvent porter atteinte à l’environnement.

Pourquoi des plantes ou des animaux introduits peuvent poser problème ?

Il existe des plantes, des animaux et d’autres organismes qui ne sont pas naturellement présents en Suisse et sont introduits par l’homme. Par le passé, beaucoup d’entre eux se sont intégrés à leur nouvel écosystème sans poser problème (p. ex. le canard mandarin ou la véronique de perse, et ses fleurs bleues-violettes).

Mais certains peuvent se révéler problématiques en portant atteinte à la santé de l’homme ou de l’animal, en causant des préjudices économiques comme des pertes de récoltes ou en menaçant la biodiversité.

Les espèces animales et végétales introduites par l’homme peuvent présenter les risques suivants :

La tortue de Floride

La Suisse a vu arriver en grand nombre cette tortue d’eau originaire d’Amérique du Nord via le commerce d’animaux de compagnie. Beaucoup de spécimens ont été ensuite relâchés illégalement dans les lacs et les cours d’eau du pays par leurs propriétaires qui n’en voulaient plus. Les tortues de Floride, qui peuvent vivre jusqu’à 40 ans et atteindre 30 cm, se nourrissent entre autres du frai des amphibiens et des larves d’insecte, mettant ainsi en danger des espèces indigènes rares.

Sumac vénéneux (« Poison Ivy »)

Discret arbuste originaire d’Amérique du Nord, le sumac vénéneux peut se révéler redoutable pour quiconque le touche et causer des symptômes pouvant aller d’une simple éruption cutanée à de graves brûlures. Les États-Unis recensent jusqu’à 50 millions de cas par an, ce qui en fait la plante la plus dangereuse d’Amérique du Nord. En Europe, seuls des cas isolés en France, Italie et Allemagne sont connus.

Xylella fastidiosa

La bactérie Xylella fastidiosa compte parmi les agents pathogènes les plus dangereux pour les végétaux et peut s’attaquer à plus de 350 espèces, dont des plantes utiles et ornementales telles que le cerisier, la vigne, le laurier-rose et la lavande, et les tuer. Elle a déjà causé d’importants dommages en Italie, en France et en Espagne (image : oliviers dans le sud de l’Italie). En Suisse, la bactérie a été découverte en 2015 sur des plants de café en provenance d’Amérique centrale, mais, fort heureusement, elle ne s’est pas encore propagée dans le pays.

Comment ces plantes
et animaux sont-ils
introduits chez nous ?

Ils peuvent arriver en Suisse de toutes sortes de façons. Par exemple, des touristes en ramènent chez eux en souvenir de leurs vacances, consciemment ou non (graines dans leurs valises). Chaque végétal ou animal introduit est potentiellement envahissant et peut entraîner de sérieux dégâts pour l’environnement, la santé et l’économie.

Rapporter une plante dans ses valises : un souvenir à risque

Mignon en vacances, dangereux à la maison

Que puis-je faire ?

Il y a deux règles simples à observer :

  • Ne ramenez pas de plantes ni d’animaux chez vous. Vous protégez ainsi les espèces indigènes et votre santé.
  • Si vous souhaitez ramener tout de même des plantes ou des animaux, ne prenez aucun risque : dans l’idéal, informez-vous avant votre voyage et faites-les contrôler auprès des services compétents à votre retour.

Depuis le 1erjanvier 2020 s’applique une réglementation stricte. Ainsi, l’importation de plantes, de fruits, de légumes, de fleurs coupées et de semences en provenance de pays tiers est interdite, et tous les animaux doivent être contrôlés par le Service vétérinaire de frontière. Veillez également à respecter les dispositions en matière de protection des espèces animales et végétales menacées à l’étranger !

 

Informations à imprimer
téléchargez le flyer ici (PDF)

Où puis-je trouver plus d’informations ?

Vous trouverez de plus amples informations sur les plantes et les animaux introduits ainsi que sur les thématiques y afférentes ci-dessous.

Dommages causés par les plantes et les animaux introduits
(Office fédéral de l’environnement OFEV)

Dispositions relatives à l’importation d’animaux 
(Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires OSAV)

Dispositions relatives à l’importation de plantes
(Service phytosanitaire fédéral SPF)

Espèces menacées – Attention aux souvenirs rapportés de vacances
(Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires OSAV)

Information sur les plantes et les animaux introduits et sur leur propagation en Suisse
(InfoSpecies – Centre suisse d’informations sur les espèces)

Entrer en Suisse avec des animaux et des plantes
(ch.ch – Les autorités suisses en ligne)